01/05/2008

LA LONGUE HISTOIRE DU LEGGING

Tout a commencé fin aout 2006. Les magazines de mode dont personne ne mettrait en doute le sérieux, ne parlaient que de ça : la vedette de l’ Automne/Hiver 06/07 serait le legging. Nous, (les plus de 35 ans) on l’a tout de suite reconnu et on s’est toutes dit : « ça, c’est la mauvaise nouvelle de la rentrée. «
Car nous qui avons connu les années 80 pouvons en témoigner.
Apparu glorieusement au Palace en 78, on l’appelait alors le caleçon. Laqué noir pour les amatrices de disco, il se portait avec notamment un grand T-shirt avec l’effigie de mickey. Les trottoirs du Bd St. Michel en regorgeaient. Hyper confortable, (on n’avait jamais connu un truc pareil avant), pas cher, (forcément en taille unique, ça simplifie la production et donc le coût), sobre (pour les modeuses, il était forcément noir), on l’adopte immédiatement et pour longtemps. Il se retrouve dans l’armoire de tout le monde : riches, pauvres, petits, grands, branchés, débranchés
Victime de son succès inter-générationnel, il connaît cependant une lente descente aux enfers. Il se retrouve au fil des années suspendu à tous les vents dans les marchés de bourgades. Fabriqué en Chine, dans une matière pas terrible, un imprimé douteux, il a vite poché aux genoux, exposé les gros derrières et sonné le glas de l’élégance dans la France entière !
Donc nous pensions en être définitivement débarrassées quand Charlize Theron est apparue sur un tapis rouge en caleçon noir et talons hauts ! Elle qui serait passée ainsi pour une pauvre fille quelques années auparavant devenait subitement l’icône du « modern glamour ».
Moralité de cette histoire : en mode, il n’y a pas de vérité. Ce que tu as détesté hier, demain tu adoreras, et vice et versa.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Le legging est à la mode ce que les "bienvenue chez les chtis " est pour le cinéma.

Blaise

Anonyme a dit…

Les jambières sont valables pour jouer dans "les acteurs de bonnes foi", pas pour se promener ni dans les rues au XXI ème siècle ou arrondissement.

Ludivine